Pourquoi un apiculteur ne doit pas manger une banane devant ses ruches ?

Pourquoi un apiculteur ne doit pas manger une banane devant ses ruches ?

Manger une banane près d’une ruche peut se terminer par une attaque virulente de dizaines d’abeilles et de nombreuses piqures à la clef. Cela pourrait sembler une de ces légendes urbaines qu’on aime partager autour d’un verre. Ce n’est pourtant pas du tout le cas. Et, c’est la science qui nous aide à expliquer ce phénomène étonnant.

Il suffit de s’attarder un peu sur les forums spécialisés pour trouver des témoignages d’apiculteurs professionnels ou amateurs qui ont vécu la même expérience. Ils viennent de manger une banane ou sont en train d’en manger une à proximité d’une ruche, et un groupe d’abeilles les attaque soudainement. Alors, pourquoi ce fruit rend-il les abeilles si agressives ? Il s’avère que les bananes contiennent un composé olfactif qui s’apparente à une phéromone présente dans le venin des abeilles. Pour les ouvrières dans la ruche, ce composé est considéré comme un signal qu’une de leurs congénères a attaqué une menace. Les autres abeilles réagissent alors pour protéger la ruche.

Pour protéger la ruche ou pour une autre raison ?

Il faut savoir que la phéromone d’alarme des abeilles est un cocktail d’une quarantaine de composés dont le principal est l’acétate d’isoamyle, le même que l’on retrouve aussi dans les bananes. D’ailleurs, l’industrie agroalimentaire utilise l’acétate d’isoamyle pour conférer un arôme de bananes aux aliments. Quand une abeille pique un ennemi potentiel ou seulement sort son dard, elle libère alors cette phéromone très volatile comprise dans le venin. Elle alerte de cette manière la colonie de la présence d’un intrus ou d’une menace. Or, les abeilles gardiennes, qui patrouillent l’entrée et constituent la milice, sont les plus susceptibles de libérer cette phéromone. Sensible à la moindre odeur, elle pense qu’une menace très importante survient. Elles coordonnent alors une réponse défensive de masse.

La banane peut devenir aussi une alliée. Certains apiculteurs mettent une peau de banane sur le haut de la ruche et scellent le couvercle. L’odeur que dégage la peau de banane incite les abeilles à nettoyer la ruche beaucoup plus vite que sans elle. De même, si de trop nombreuses abeilles s’approchent de votre terrasse, il est conseillé de mettre des peaux de bananes dans un lieu opposé pour les attirer, au fond du jardin par exemple. À noter que l’odeur de certaines lessives parfumées s’apparente elle aussi à celle du venin d’abeilles. Si de nombreuses abeilles tournent autour de votre linge, il vaut mieux changer de lessive.

Que faire si les abeilles attaquent ? Lancée à 30 km/h, il est difficile de semer une escadrille prête à se sacrifier pour protéger sa ruche. Il faut s’éloigner en gardant son calme et s’assurer de ne pas en emporter avec soi. L’abeille ne peut piquer qu’une seule fois dans sa vie, contrairement aux guêpes. Son dard et son abdomen sont arrachés lors de la piqure avec sa glande à venin, ce qui entraîne sa mort quelques heures plus tard. Son dard s’accroche très bien dans la peau pour diffuser le venin et rend plus difficile son retrait. Pour enlever le dard, il ne faut pas l’attraper entre le pouce et l’index, car vous ne feriez qu’appuyer sur cette partie de l’abdomen qui fait office d’entonnoir pour vous injecter encore plus de venin. Il vaut mieux utiliser un objet plat et fin, comme une carte bancaire, pour soulever l’ensemble de bas en haut.